Guy de Maupassant, “L’Enfant”

Guy de Maupassant, « L’Enfant », Gil Blas, 18 septembre 1883.

Texte édité par Noëlle Benhamou (Université de Picardie Jules Verne).

 

L’ENFANT

On parlait, après le dîner, d’un avortement qui venait d’avoir lieu dans la commune. La baronne s’indignait : Était-ce possible, une chose pareille ! La fille, séduite par un garçon boucher, avait jeté son enfant dans une marnière ! Quelle horreur ! On avait même prouvé que le pauvre petit être n’était pas mort sur le coup. Continuer la lecture

Guy de Maupassant, “La Confession”

Guy de Maupassant, « La Confession », Le Gaulois, 21 octobre 1883.

Texte édité par Noëlle Benhamou (Université de Picardie Jules Verne)

 

LA CONFESSION

Marguerite de Thérelles allait mourir. Bien qu’elle n’eût que cinquante et six ans, elle en paraissait au moins soixante et quinze. Elle haletait, plus pâle que ses draps, secouée de frissons épouvantables, la figure convulsée, l’œil hagard, comme si une chose horrible lui eût apparu.

Sa sœur aînée, Suzanne, plus âgée de six ans, à genoux près du lit, sanglotait. Une petite table approchée de la couche de l’agonisante portait, sur une serviette, deux bougies allumées, car on attendait le prêtre qui devait donner l’extrême-onction et la communion dernière. Continuer la lecture

Erckmann-Chatrian, « La Voleuse d’enfants »

Erckmann-Chatrian, « La Voleuse d’enfants », dans Contes des bords du Rhin, 1862.

Conte édité par Noëlle Benhamou (Université de Picardie Jules Verne)

 

LA VOLEUSE D’ENFANTS

I

En 1787, on voyait errer chaque jour, dans les rues du quartier de Hesse-Darmstadt, à Mayence, une grande femme hâve, les joues creuses, les yeux hagards : image effrayante de la folie. – Cette malheureuse, appelée Christine Evig, ancienne matelassière, demeurant dans la ruelle du Petit-Volet, derrière la cathédrale, avait perdu l’esprit à la suite d’un événement épouvantable. Continuer la lecture

“Juliette” de Paul Bourget

Paul Bourget, « Juliette », Le Petit Parisien, supplément littéraire illustré, 7 juin 1891, p. 3-4.

Texte édité par Noëlle Benhamou (Université de Picardie Jules Verne).

 

 

JULIETTE

I

 

L’abbé Renaud était assis dans son confessionnal depuis deux heures déjà. II avait entendu la longue suite de graves péchés et de légères peccadilles que débitent à genoux les pénitents et les pénitentes d’un vieux prêtre de province. L’abbé se trouvait seul enfin, et il méditait avant de quitter l’étroite guérite.

Le soir tombait, un soir de mars, qui enténébrait la petite église des Minimes, à Clermont-Ferrand, située au bout de la place de Jaude, à droite de la rue qui mène du côté de Royat.

Un silence de tombeau, à peine traversé de quelque remuement de chaise, ou d’un bruit de toux, emplissait cette église. Continuer la lecture