Programme du colloque « Le spectacle du crime féminin »

 

Voici le programme du deuxième colloque organisé dans le cadre du projet « La force des femmes » porté par le CÉRÉdI à l’Université de Rouen-Normandie.

Le spectacle du crime féminin sur la scène et dans le cinéma européens

Colloque international organisé par l’Université de Rouen-Normandie et le CÉRÉdI (EA 3229) avec le soutien de CLARE (Université Bordeaux Montaigne), de l’ICD (Interactions culturelles et discursives, Université François Rabelais Tours) et de l’IRET (Institut de Recherche en Études Théâtrales de la Sorbonne Nouvelle).

Du mercredi 14 novembre au vendredi 16 novembre 2018

Campus Mont-Saint-Aignan

Maison de l’Université

Salle des conférences

Comité d’organisation

Ariane Ferry, Sylvie Humbert-Mougin, Judith le Blanc, Gwénaëlle Le Graset Sandra Provini

Comité scientifique du colloque

Adrienne Boutang (Université de Bourgogne-Franche Comté, Besançon), Noël Burch (Université Lille 3), Gille Declercq (Université de la Sorbonne Nouvelle), Florence Fix (Université de Rouen-Normandie), Loic Guyon (Mary Immaculate College, Université de Limerick, Irlande), Claire Lechevalier (Université de Caen), Sylvain Ledda (Université de Rouen-Normandie), Raphaëlle Legrand (Université Paris Sorbonne), Raphaëlle Moine (Université de la Sorbonne Nouvelle), Sarah Nancy (Université de la Sorbonne Nouvelle), Geneviève Sellier (Université Bordeaux Montaigne), Stella Spriet (Université de Saskatchewan, Canada), Ginette Vincendeau (King’s College).

14 novembre : Théâtre et mise en scène

Matinée

09H00 : Accueil des participants

09H40 : Mot de bienvenue de Jean-Claude Arnould, directeur du CÉRÉdI

09H50-10H05 : Introduction par les organisatrices du colloque

Session 1 : Criminelles sur les scènes de la première modernité (1)                   

Présidence : Tony Gheeraert (Université de Rouen-Normandie)

10H10-10H35 : Amélie Djondo (Université Paris-Nanterre) :« Scènes de crimes et crimes sur scène : les veuves noires dans le théâtre du Siècle d’Or »

10H40-11H05 : Sabine Gruffat (Université Paris – Sorbonne, CPGE) : « La méchanceté féminine sur la scène classique : une passion active ou subie ? »

11H10-11H35 : Cécilia Laurin (Université Sorbonne Nouvelle, IRET) : « « Elle n’a que vengeance et que fureur en l’âme : Mais en si peu de temps que peut faire une femme ? » Modalités spectaculaires du crime féminin sur la scène cornélienne »

Discussion

11H55-12H20 : Sylvie Requemora-Gros (Université Aix-Marseille, CIELAM) : « Criminelles odalisques : fer et poison contre savoir-faire et union, ou le duel entre Circasse et Roxelane dans la tragi-comédie de Desmares (1643) »

12H25-12H50 : Marie Saint-Martin (Université Paris-Sorbonne, CPGE) : « La mauvaise mère en spectacle : monstre idéologique, monstre esthétique »

Discussion Lire la suite

Journée d’étude « Reines de théâtre »

 

Voici le programme de la prochaine journée d’étude organisée dans le cadre du cycle « Reines en scènes » proposé par Sophie Mentzel et Ariane Ferry dans le cadre du projet de recherche La force des femmes, hier et aujourd’hui (XIVe-XXIesiècle) développé par le CÉRÉdI et l’Université de Rouen-Normandie, avec le patronage de la SIEFAR.

Reines de théâtre de la fin du XVIIIe au XIXe siècle

 Mont-Saint-Aignan,

Maison de l’Université, Salle divisible sud

19 novembre 2018

 

Accueil : à partir de 9h15

9h45 : Ariane Ferry (Université de Rouen-Normandie, CÉRÉdI EA 3229) et Sophie Mentzel (Université de Rouen-Normandie, CÉRÉdI EA 3229) : Introduction

Présidence : Sylvain Ledda

10h15-10h40 : Florence Filippi (Université de Rouen-Normandie, CÉRÉdI EA 3229) : « Jouer les reines à la Comédie-Française dans la deuxième moitié du xviiiesiècle »

10h45-11h10 : Patrick Berthier (Professeur émérite, Université de Nantes, L’AMo EA 4276) : « Reines en fin de carrière : Mars, George, Rachel »

Pause et discussion

Présidence : Georges Zaragoza

11h30-11h55 : Camille Jen-Gastal (Université de Reims, CIRLEP EA 4299) : « La tragédie Penthesiléde Heinrich von Kleist ou le paroxysme de la passion amoureuse versus la loi de la communauté »

12h00-12h25 : René-Marc Pille (Université Paris 8, Les Mondes allemands EA 1577) : « Combat de reines dans Maria Stuart de Schiller »

13h00 : Discussion et déjeuner

Présidence : Patrick Berthier

14h30-14h55 : Sylvain Ledda (Université de Rouen-Normandie, CÉRÉdI EA 3229) : « Reines mortes »

15h00 : Thibaut Julian (EHESS, CRH UMR 8558) : « Une femme, devenue reine, change de sexe » : représentations de Frédégonde et Brunehaut »

Pause

Présidence : Ariane Ferry

16h00 : Georges Zaragoza (Professeur émérite, Université de Bourgogne, CPTC EA 4178) : « Isabelle la catholique de part et d’autre des Pyrénées »

16h30 : Marie Salgues (Sorbonne-Nouvelle Paris 3, CREC EA 2292) : « Traduire Scribe pour représenter Isabelle II d’Espagne : le travestissement à l’œuvre »

Appel à communications « Femmes de guerre (XVIe-XVIIIe siècles) »

Nous relayons ci-dessous l’appel à communication du colloque « Femmes de guerre (XVIe-XVIIIe siècles) » organisé à Paris les 29-30 mars prochains par la Société internationale pour l’étude des femmes de l’Ancien Régime (SIEFAR) et les Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan – CREC – Ministère des Armées.

Un certain nombre de travaux consacrés aux femmes dans la guerre, particulièrement au XXe siècle, ont accordé une part de plus en plus importante aux combattantes. Ce champ d’étude est assez récent, pour deux raisons : le double stéréotype d’une aversion et d’une incapacité naturelles proprement féminine pour la guerre – les femmes subissant le départ de leurs hommes pour le combat et restant dans l’attente de leur retour ou de la nouvelle de leur mort, les femmes trop faibles pour porter une arme, les femmes trop délicates pour tuer ou pour supporter la vue du sang – a pour corollaire l’incapacité militaire supposée des femmes d’une part et, d’autre part, la présence des femmes dans les armées semble à première vue très récente et croissante (les premières Françaises intègrent l’armée via les services de Santé des armées en 1914, les premières à se battre dans des forces armées le font lors de la Seconde Guerre mondiale[1], les premières à intégrer des écoles militaires le font entre 1976 et 1992…), ce qui a nourri tout un ensemble de recherches et de réflexions. Malgré la proportion toujours faible de femmes dans les armées actuelles, le stéréotype tend tout de même à s’atténuer puisque, dans un nombre croissant d’armées conventionnelles, les femmes peuvent aujourd’hui intégrer des unités combattantes et se retrouver projetées dans des zones de combat.

Lire la suite

Le spectacle du crime féminin sur la scène et dans le cinéma européens : appel à communication

 Le spectacle du crime féminin sur la scène et dans le cinéma européens

Colloque international organisé par l’Université de Rouen-Normandie et le CÉRÉdI

avec le soutien de CLARE (Université Bordeaux Montaigne)

de l’ICD (Interactions culturelles et discursives, Université François Rabelais Tours)

et de l’IRET (Institut de Recherche en Études Théâtrales de la Sorbonne Nouvelle)

 du mercredi 14 novembre au vendredi 16 novembre 2018

Campus Mont-Saint-Aignan

Maison de l’Université

Salle des conférences

Organisé dans le cadre du projet de recherche « La Force des femmes, hier et aujourd’hui (XVIe-XXIe siècles) » développé par le CÉRÉdI et l’Université de Rouen- Normandie, avec le soutien de l’IRIHS et le marrainage de la SIEFAR.

Comité d’organisation

Ariane Ferry, Sylvie Humbert-Mougin, Judith le Blanc, Gwénaëlle Le Gras et Sandra Provini

Comité scientifique du projet « La force des femmes »

Éric Avocat (Université d’Osaka, Japon), Anna Bellavitis (Université de Rouen-Normandie), Anne Debrosse (SIEFAR), Diane Desrosiers (Université McGill, Canada), Myriam Dufour-Maître (Université de Rouen-Normandie), Marie Franco (Université de la Sorbonne Nouvelle), Véronique Gély (Université de la Sorbonne), Nathalie Grande (Université de Nantes, SIEFAR), Claudine Poulouin (Université de Rouen-Normandie), Jean-Marie Roulin (Université Jean Monnet, Saint-Étienne).

Comité scientifique du colloque

Adrienne Boutang (Université de Bourgogne-Franche Comté, Besançon), Noël Burch (Université Lille 3), Gille Declercq (Université de la Sorbonne Nouvelle), Florence Fix (Université de Rouen-Normandie), Loic Guyon (Mary Immaculate College, Université de Limerick, Irlande), Claire Lechevalier (Université de Caen), Sylvain Ledda (Université de Rouen-Normandie), Raphaëlle Legrand, (Université Paris Sorbonne), Raphaëlle Moine (Université de la Sorbonne Nouvelle), Sarah Nancy (Université de la Sorbonne Nouvelle), Geneviève Sellier (Université Bordeaux Montaigne), Stella Spriet (Université de Saskatchewan, Canada), Ginette Vincendeau (King’s College).

 Appel à communication

Ce colloque, programmé pour novembre 2018 par l’Université de Rouen-Normandie et le CÉRÉdI, avec le soutien du CLARE de l’Université Bordeaux Montaigne et de l’ICD de l’Université François Rabelais de Tours, sera le deuxième volet d’un projet intitulé La Force des femmes, hier et aujourd’hui, qui est piloté par le CÉRÉdI et marrainé par la SIEFAR (Société Internationale pour l’Étude des Femmes de l’Ancien Régime). Ce projet consiste en une enquête collective sur les représentations littéraires, théâtrales et cinématographiques de la force féminine – envisagée à travers ses actualisations violentes et inquiétantes (le meurtre, le combat, la torture, l’action terroriste, etc.) et ses actualisations admirables (le courage, la résistance, la ténacité) – et les présupposés idéologiques qui les ont accompagnées à travers les siècles. Le texte cadre du projet est consultable ici : http://forcedesf.hypotheses.org/41

Les deux premiers colloques s’interrogent sur la femme criminelle, appelée parfois déviante, dans les genres littéraires et les arts qui lui ont fait la part belle. Ils ont pour titres : Figures et personnages de criminelles, des histoires tragiques au roman policier (juin 2017) et Le Spectacle du crime féminin sur la scène et dans le cinéma européens (novembre 2018). Après avoir exploré la représentation des criminelles dans le mode narratif et des genres divers, nous proposons une enquête diachronique portant sur la représentation de la violence criminelle féminine sur la scène (théâtre et opéra) et à l’écran essentiellement en Europe (xvie-xxie siècles).

Nous avons choisi de prendre en compte une définition large de la « criminelle » : femme meurtrière au premier chef, mais aussi infanticide et avorteuse, suicidée, adultère, femme criminalisée – cette criminalisation variant au cours de l’histoire et du contexte religieux, social et culturel. L’objectif de ce second colloque sera donc d’examiner comment les personnages de criminelles sont constitués en objets de spectacle ou font spectacle, à la scène comme à l’écran, mais aussi d’interroger les objectifs propres à ces représentations visuelles et spectaculaires du crime féminin sur un plan moral, politique, esthétique. S’agit-il de provoquer chez le récepteur un sentiment d’horreur et d’obtenir sa condamnation morale ? S’agit-il au contraire de mettre en valeur la façon dont telle ou telle société ou communauté va criminaliser la femme adultère, la jeune mère infanticide, pour affirmer ses propres valeurs, et faire entendre la voix de celle qui est ainsi désignée coupable, par exemple dans des scènes de procès ? La coupable désignée apparaît alors comme la victime d’un système social qui la pousserait à mettre fin à ses jours ou à ceux de son enfant pour ne pas subir le déshonneur et l’exclusion. La femme meurtrière présente des visages plus variés peut-être et qui vont de la femme de pouvoir (reine, magicienne) qui fait tuer ou tue à la femme qui assassine pour de l’argent en passant par les femmes qui se vengent ou se débarrassent d’un obstacle.

La particularité de ces arts – théâtre, opéra, cinéma – est de donner aux personnages de criminelles/femmes criminalisées un visage (parfois beau et séduisant, parfois effrayant, parfois ordinaire), une voix (dont le pouvoir de séduction peut être puissant) et un corps en mouvement qui sont créateurs de nouvelles représentations. Comment s’articule la relation entre une actrice / une chanteuse à la voix magnifique et les personnages de criminelles qu’elles construisent et offrent au public selon le double point de vue de la création et de la réception ? Le spectacle du crime féminin dans les arts de la scène et à l’écran semble fasciner autant qu’il révulse ; il contribue aussi à produire sinon des exemples à suivre, au moins des conduites et un rapport à l’existence où se trouvent tantôt valorisées la détermination et l’action féminines, tantôt interrogée sur le mode critique la victimisation des femmes. Entre admiration et empathie, horreur et fascination, ces criminelles incarnées suscitent chez le spectateur des émotions dont il conviendra d’examiner la nature et les manifestations, notamment dans le discours de réception critique, et les enjeux. Lire la suite

Guy de Maupassant, « L’Enfant »

Guy de Maupassant, « L’Enfant », Gil Blas, 18 septembre 1883.

Texte édité par Noëlle Benhamou (Université de Picardie Jules Verne).

 

L’ENFANT

On parlait, après le dîner, d’un avortement qui venait d’avoir lieu dans la commune. La baronne s’indignait : Était-ce possible, une chose pareille ! La fille, séduite par un garçon boucher, avait jeté son enfant dans une marnière ! Quelle horreur ! On avait même prouvé que le pauvre petit être n’était pas mort sur le coup. Lire la suite

Guy de Maupassant, « La Confession »

Guy de Maupassant, « La Confession », Le Gaulois, 21 octobre 1883.

Texte édité par Noëlle Benhamou (Université de Picardie Jules Verne)

 

LA CONFESSION

Marguerite de Thérelles allait mourir. Bien qu’elle n’eût que cinquante et six ans, elle en paraissait au moins soixante et quinze. Elle haletait, plus pâle que ses draps, secouée de frissons épouvantables, la figure convulsée, l’œil hagard, comme si une chose horrible lui eût apparu.

Sa sœur aînée, Suzanne, plus âgée de six ans, à genoux près du lit, sanglotait. Une petite table approchée de la couche de l’agonisante portait, sur une serviette, deux bougies allumées, car on attendait le prêtre qui devait donner l’extrême-onction et la communion dernière. Lire la suite

Erckmann-Chatrian, « La Voleuse d’enfants »

Erckmann-Chatrian, « La Voleuse d’enfants », dans Contes des bords du Rhin, 1862.

Conte édité par Noëlle Benhamou (Université de Picardie Jules Verne)

 

LA VOLEUSE D’ENFANTS

I

En 1787, on voyait errer chaque jour, dans les rues du quartier de Hesse-Darmstadt, à Mayence, une grande femme hâve, les joues creuses, les yeux hagards : image effrayante de la folie. – Cette malheureuse, appelée Christine Evig, ancienne matelassière, demeurant dans la ruelle du Petit-Volet, derrière la cathédrale, avait perdu l’esprit à la suite d’un événement épouvantable. Lire la suite

« Juliette » de Paul Bourget

Paul Bourget, « Juliette », Le Petit Parisien, supplément littéraire illustré, 7 juin 1891, p. 3-4.

Texte édité par Noëlle Benhamou (Université de Picardie Jules Verne).

 

 

JULIETTE

I

 

L’abbé Renaud était assis dans son confessionnal depuis deux heures déjà. II avait entendu la longue suite de graves péchés et de légères peccadilles que débitent à genoux les pénitents et les pénitentes d’un vieux prêtre de province. L’abbé se trouvait seul enfin, et il méditait avant de quitter l’étroite guérite.

Le soir tombait, un soir de mars, qui enténébrait la petite église des Minimes, à Clermont-Ferrand, située au bout de la place de Jaude, à droite de la rue qui mène du côté de Royat.

Un silence de tombeau, à peine traversé de quelque remuement de chaise, ou d’un bruit de toux, emplissait cette église. Lire la suite

Journée d’étude « Jeunes fille d’aujourd’hui : du gynécée à la bande »

Programme 

10h-12h00 : Projection-débat de Mustang (durée du film 1h37)

Cinéma Omnia, rue de la République, Rouen.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

14h00-15h00 : Jeunes filles turques, jeunes filles françaises sous le regard des sociologues

Grande salle de l’IRIHS, Université de Rouen, site de Mont-Saint-Aignan

Modératrice : Judith le Blanc (CÉRÉdI, Université de Rouen)

– Betül Yarar (Philip-Schwartz Fellow, Bremen University): « Youth, Gender, Turkey : Diverse Identities, problems and struggles »

– Elise Lemercier (DySoLab, Université de Rouen) « La bande et la rue comme espace de socialisation chez les jeunes filles étiquetées comme délinquantes »

15h30-16h30 : La représentation des jeunes filles au cinéma

Modérateur : Jean-Louis Jeannelle (CÉRÉdI, Université de Rouen)

– Gwenaëlle Le Gras (MICA, Université de Bordeaux) : « Ces bandes de filles du cinéma français « qui ont du clitoris » : Mise en lumière et points aveugles de la réception »

– Adrienne Boutang (CRIT, Université de Franche-Comté) : « Jeunes Filles sur la route, ambivalences des figures de rebelles au féminin : dun Girls on the Road à l’autre »

 

 

 

Figures et personnages de criminelles : programme du colloque des 7-8-9 juin 2017

Colloque international organisé dans le cadre du projet de recherche La force des femmes, hier et aujourd’hui (xvie-xxie siècles) développé par le CÉRÉdI et l’Université de Rouen-Normandie, avec le soutien de l’IRIHS, du GIS Institut du Genre, et le patronage de la SIEFAR.

Comité d’organisation : Ariane Ferry et Sandra Provini

Comité scientifique du colloque : Jean-Claude Arnould (Université de Rouen-Normandie), Isabelle Rachel Casta (Université d’Artois), Frédéric Chauvaud (Université de Poitiers), Maria Pia De Paulis-Dalembert (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Christine Ferlampin-Acher (Université Rennes 2), Raphaëlle Guidée (Université de Poitiers), Dominique Kalifa (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Véronique Léonard-Roques (Université de Bretagne Occidentale), Marc Lits (Université catholique de Louvain, Belgique), Witold Konstanty Pietrzak (Université de Lodz, Pologne).

Lieu du colloque : Université de Rouen-Normandie, Mont-Saint-Aignan, Maison de l’Université, Salle de conférences

Programme : Lire la suite

Festival Quais du polar

Le festival Quais du polar qui s’ouvre aujourd’hui à Lyon s’interroge sur la notion de « genre » : « les genres littéraires bien sûr, avec la présence d’auteurs de polar et d’écrivains venus d’autres horizons littéraires. Mais aussi la question des genres féminin et masculin et de la place qu’ils occupent dans le polar où le rôle de la femme – auteure, personnage ou lectrice – a fort heureusement beaucoup évolué depuis ses débuts. À se demander si les femmes ne se seraient pas aujourd’hui emparées du pouvoir dans le polar… »

Voir la présentation complète ici : http://www.quaisdupolar.com/le-festival/presentation/quais-du-polar-2014/