Appel à communications “Femmes de guerre (XVIe-XVIIIe siècles)”

Nous relayons ci-dessous l’appel à communication du colloque “Femmes de guerre (XVIe-XVIIIe siècles)” organisé à Paris les 29-30 mars prochains par la Société internationale pour l’étude des femmes de l’Ancien Régime (SIEFAR) et les Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan – CREC – Ministère des Armées.

Un certain nombre de travaux consacrés aux femmes dans la guerre, particulièrement au XXe siècle, ont accordé une part de plus en plus importante aux combattantes. Ce champ d’étude est assez récent, pour deux raisons : le double stéréotype d’une aversion et d’une incapacité naturelles proprement féminine pour la guerre – les femmes subissant le départ de leurs hommes pour le combat et restant dans l’attente de leur retour ou de la nouvelle de leur mort, les femmes trop faibles pour porter une arme, les femmes trop délicates pour tuer ou pour supporter la vue du sang – a pour corollaire l’incapacité militaire supposée des femmes d’une part et, d’autre part, la présence des femmes dans les armées semble à première vue très récente et croissante (les premières Françaises intègrent l’armée via les services de Santé des armées en 1914, les premières à se battre dans des forces armées le font lors de la Seconde Guerre mondiale[1], les premières à intégrer des écoles militaires le font entre 1976 et 1992…), ce qui a nourri tout un ensemble de recherches et de réflexions. Malgré la proportion toujours faible de femmes dans les armées actuelles, le stéréotype tend tout de même à s’atténuer puisque, dans un nombre croissant d’armées conventionnelles, les femmes peuvent aujourd’hui intégrer des unités combattantes et se retrouver projetées dans des zones de combat.

Continuer la lecture