Appel à communication : Figures et personnages de criminelles, des histoires tragiques au roman policier

Figures et personnages de criminelles, des histoires tragiques au roman policier

Colloque international organisé par l’Université de Rouen et le CÉRÉdI

avec le soutien de la SIEFAR

7-8-9 juin 2017

Comité d’organisation

Ariane Ferry et Sandra Provini

Comité scientifique

Jean-Claude Arnould (Université de Rouen), Isabelle Rachel Casta (Université d’Artois), Frédéric Chauvaud (Université de Poitiers), Maria Pia De Paulis-Dalembert (Université Sorbonne Nouvelle, Paris III), Christine Ferlampin-Acher (Université de Rennes II), Raphaëlle Guidée (Université de Poitiers), Dominique Kalifa (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Véronique Léonard-Roques (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand), Marc Lits (Université de Louvain), Witold Konstanty Pietrzak (Université de Lodz, Pologne).

Appel à communication

Les recherches sur la violence des femmes, et particulièrement sur la criminalité féminine constituent un champ en plein essor au croisement des études de genre et des études de criminologie[1]. En France, il a été ouvert notamment par des historiens comme, Michelle Perrot, Cécile Dauphin et Arlette Farge, qui ont dirigé un collectif pionnier paru en 1997, De la violence et des femmes, ou encore Frédéric Chauveau, des spécialistes du droit pénal ou de sciences criminelles comme Robert Corio, des sociologues comme Caroline Cardi et Geneviève Pruvost dont l’ouvrage collectif Penser la violence des femmes (2012) embrasse un large champ – du sport, de la police et de l’armée aux représentations littéraires et cinématographiques –, pour dénaturaliser, contextualiser et historiciser la violence des femmes[2]. C’est dans le contexte scientifique de la réévaluation par les sciences humaines de la violence féminine, longtemps minimisée ou euphémisée (tribunaux) et faisant l’objet de discours spécifiques (moraux, religieux, médicaux…) que nous voudrions envisager les représentations de la criminalité féminine dans deux types de récits fictionnels qui ont largement puisé dans le fait divers : l’histoire tragique (XVIe-XVIIe) et le roman policier (XIXe-XXIe), genre qui met en scène de plus en plus de femmes impliquées dans des processus violents non plus comme victimes, mais comme actrices, que cette violence soit le fait de personnages de criminelles ou de personnages de policières et enquêtrices. Lire la suite

Présentation du projet « La force des femmes, hier et aujourd’hui »

Projet de recherche développé par le CÉRÉdI et l’Université de Rouen, avec le soutien de la SIEFAR.

Responsables du projet

Ariane Ferry et Sandra Provini

Comité scientifique du projet

Éric Avocat (Université d’Osaka, Japon), Anna Bellavitis (Université de Rouen), Anne Debrosse (SIEFAR), Diane Desrosiers (Université McGill, Canada), Myriam Dufour-Maître (Université de Rouen), Marie Franco (Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle), Véronique Gély (Université Paris 4 Sorbonne), Nathalie Grande (Université de Nantes, SIEFAR), Claudine Poulouin (Université de Rouen), Jean-Marie Roulin (Université Jean Monnet, Saint-Étienne).

Présentation du projet La force des femmes, hier et aujourd’hui (XIVe-XXIe siècle)

Que nous apprend l’histoire de la littérature et des arts de la force féminine, de sa définition, de ses usages et de ses représentations ? Le mot en soi, dès lors qu’on le rapporte aux femmes, soulève toutes sortes de problèmes qui tiennent d’abord aux multiples sens du mot « force », dès le latin, mais surtout à ses usages à partir du moyen français : fortia – de fortis – désigne un acte de force et de courage, mais « force » en français semble avoir d’abord eu plus de signifiés négatifs (violence, torture, viol, contrainte), que de signifiés positifs (vigueur, fermeté, courage), avant de se charger pleinement des sens de « fortitude », du latin fortitudo, qui désigne notamment dans la pensée chrétienne la vertu cardinale reprise par les Pères de l’Église à la typologie platonicienne des vertus[1], le mot désignant dans cette acception la constance, le courage, et devenant synonyme de magnanimité ou grandeur d’âme. Lire la suite

Actualité de la recherche sur les femmes criminelles

La recherche sur les femmes criminelles est aujourd’hui en plein essor.  Signalons notamment :

  • le colloque « CriminELLES » organisé en avril 2015 à l’Université de Haute-Alsace dans une perspective comparatiste et pluridisciplinaire portait sur l’imaginaire du crime au féminin dans la fiction populaire contemporaine. L’appel à communication et le programme du colloque, dont les Actes sont en cours de publication, se trouvent ici.
  • la série de journées d’étude « Femmes déviantes, femmes criminelles face à leurs juges dans les anciens Pays-Bas et l’Europe du Nord-Ouest de la fin du Moyen Âge au début de l’ère industrielle (éventuellement premier XXe siècle) » organisées en 2016-2017 par des historiens de l’Université d’Artois