Le spectacle du crime féminin sur la scène et dans le cinéma européens : appel à communication

 Le spectacle du crime féminin sur la scène et dans le cinéma européens

Colloque international organisé par l’Université de Rouen-Normandie et le CÉRÉdI

avec le soutien de CLARE (Université Bordeaux Montaigne)

de l’ICD (Interactions culturelles et discursives, Université François Rabelais Tours)

et de l’IRET (Institut de Recherche en Études Théâtrales de la Sorbonne Nouvelle)

 du mercredi 14 novembre au vendredi 16 novembre 2018

Campus Mont-Saint-Aignan

Maison de l’Université

Salle des conférences

Organisé dans le cadre du projet de recherche « La Force des femmes, hier et aujourd’hui (XVIe-XXIe siècles) » développé par le CÉRÉdI et l’Université de Rouen- Normandie, avec le soutien de l’IRIHS et le marrainage de la SIEFAR.

Comité d’organisation

Ariane Ferry, Sylvie Humbert-Mougin, Judith le Blanc, Gwénaëlle Le Gras et Sandra Provini

Comité scientifique du projet « La force des femmes »

Éric Avocat (Université d’Osaka, Japon), Anna Bellavitis (Université de Rouen-Normandie), Anne Debrosse (SIEFAR), Diane Desrosiers (Université McGill, Canada), Myriam Dufour-Maître (Université de Rouen-Normandie), Marie Franco (Université de la Sorbonne Nouvelle), Véronique Gély (Université de la Sorbonne), Nathalie Grande (Université de Nantes, SIEFAR), Claudine Poulouin (Université de Rouen-Normandie), Jean-Marie Roulin (Université Jean Monnet, Saint-Étienne).

Comité scientifique du colloque

Adrienne Boutang (Université de Bourgogne-Franche Comté, Besançon), Noël Burch (Université Lille 3), Gille Declercq (Université de la Sorbonne Nouvelle), Florence Fix (Université de Rouen-Normandie), Loic Guyon (Mary Immaculate College, Université de Limerick, Irlande), Claire Lechevalier (Université de Caen), Sylvain Ledda (Université de Rouen-Normandie), Raphaëlle Legrand, (Université Paris Sorbonne), Raphaëlle Moine (Université de la Sorbonne Nouvelle), Sarah Nancy (Université de la Sorbonne Nouvelle), Geneviève Sellier (Université Bordeaux Montaigne), Stella Spriet (Université de Saskatchewan, Canada), Ginette Vincendeau (King’s College).

 Appel à communication

Ce colloque, programmé pour novembre 2018 par l’Université de Rouen-Normandie et le CÉRÉdI, avec le soutien du CLARE de l’Université Bordeaux Montaigne et de l’ICD de l’Université François Rabelais de Tours, sera le deuxième volet d’un projet intitulé La Force des femmes, hier et aujourd’hui, qui est piloté par le CÉRÉdI et marrainé par la SIEFAR (Société Internationale pour l’Étude des Femmes de l’Ancien Régime). Ce projet consiste en une enquête collective sur les représentations littéraires, théâtrales et cinématographiques de la force féminine – envisagée à travers ses actualisations violentes et inquiétantes (le meurtre, le combat, la torture, l’action terroriste, etc.) et ses actualisations admirables (le courage, la résistance, la ténacité) – et les présupposés idéologiques qui les ont accompagnées à travers les siècles. Le texte cadre du projet est consultable ici : http://forcedesf.hypotheses.org/41

Les deux premiers colloques s’interrogent sur la femme criminelle, appelée parfois déviante, dans les genres littéraires et les arts qui lui ont fait la part belle. Ils ont pour titres : Figures et personnages de criminelles, des histoires tragiques au roman policier (juin 2017) et Le Spectacle du crime féminin sur la scène et dans le cinéma européens (novembre 2018). Après avoir exploré la représentation des criminelles dans le mode narratif et des genres divers, nous proposons une enquête diachronique portant sur la représentation de la violence criminelle féminine sur la scène (théâtre et opéra) et à l’écran essentiellement en Europe (xvie-xxie siècles).

Nous avons choisi de prendre en compte une définition large de la « criminelle » : femme meurtrière au premier chef, mais aussi infanticide et avorteuse, suicidée, adultère, femme criminalisée – cette criminalisation variant au cours de l’histoire et du contexte religieux, social et culturel. L’objectif de ce second colloque sera donc d’examiner comment les personnages de criminelles sont constitués en objets de spectacle ou font spectacle, à la scène comme à l’écran, mais aussi d’interroger les objectifs propres à ces représentations visuelles et spectaculaires du crime féminin sur un plan moral, politique, esthétique. S’agit-il de provoquer chez le récepteur un sentiment d’horreur et d’obtenir sa condamnation morale ? S’agit-il au contraire de mettre en valeur la façon dont telle ou telle société ou communauté va criminaliser la femme adultère, la jeune mère infanticide, pour affirmer ses propres valeurs, et faire entendre la voix de celle qui est ainsi désignée coupable, par exemple dans des scènes de procès ? La coupable désignée apparaît alors comme la victime d’un système social qui la pousserait à mettre fin à ses jours ou à ceux de son enfant pour ne pas subir le déshonneur et l’exclusion. La femme meurtrière présente des visages plus variés peut-être et qui vont de la femme de pouvoir (reine, magicienne) qui fait tuer ou tue à la femme qui assassine pour de l’argent en passant par les femmes qui se vengent ou se débarrassent d’un obstacle.

La particularité de ces arts – théâtre, opéra, cinéma – est de donner aux personnages de criminelles/femmes criminalisées un visage (parfois beau et séduisant, parfois effrayant, parfois ordinaire), une voix (dont le pouvoir de séduction peut être puissant) et un corps en mouvement qui sont créateurs de nouvelles représentations. Comment s’articule la relation entre une actrice / une chanteuse à la voix magnifique et les personnages de criminelles qu’elles construisent et offrent au public selon le double point de vue de la création et de la réception ? Le spectacle du crime féminin dans les arts de la scène et à l’écran semble fasciner autant qu’il révulse ; il contribue aussi à produire sinon des exemples à suivre, au moins des conduites et un rapport à l’existence où se trouvent tantôt valorisées la détermination et l’action féminines, tantôt interrogée sur le mode critique la victimisation des femmes. Entre admiration et empathie, horreur et fascination, ces criminelles incarnées suscitent chez le spectateur des émotions dont il conviendra d’examiner la nature et les manifestations, notamment dans le discours de réception critique, et les enjeux. Lire la suite

Journée d’étude « Jeunes fille d’aujourd’hui : du gynécée à la bande »

Programme 

10h-12h00 : Projection-débat de Mustang (durée du film 1h37)

Cinéma Omnia, rue de la République, Rouen.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

14h00-15h00 : Jeunes filles turques, jeunes filles françaises sous le regard des sociologues

Grande salle de l’IRIHS, Université de Rouen, site de Mont-Saint-Aignan

Modératrice : Judith le Blanc (CÉRÉdI, Université de Rouen)

– Betül Yarar (Philip-Schwartz Fellow, Bremen University): « Youth, Gender, Turkey : Diverse Identities, problems and struggles »

– Elise Lemercier (DySoLab, Université de Rouen) « La bande et la rue comme espace de socialisation chez les jeunes filles étiquetées comme délinquantes »

15h30-16h30 : La représentation des jeunes filles au cinéma

Modérateur : Jean-Louis Jeannelle (CÉRÉdI, Université de Rouen)

– Gwenaëlle Le Gras (MICA, Université de Bordeaux) : « Ces bandes de filles du cinéma français « qui ont du clitoris » : Mise en lumière et points aveugles de la réception »

– Adrienne Boutang (CRIT, Université de Franche-Comté) : « Jeunes Filles sur la route, ambivalences des figures de rebelles au féminin : dun Girls on the Road à l’autre »

 

 

 

Figures et personnages de criminelles : programme du colloque des 7-8-9 juin 2017

Colloque international organisé dans le cadre du projet de recherche La force des femmes, hier et aujourd’hui (xvie-xxie siècles) développé par le CÉRÉdI et l’Université de Rouen-Normandie, avec le soutien de l’IRIHS, du GIS Institut du Genre, et le patronage de la SIEFAR.

Comité d’organisation : Ariane Ferry et Sandra Provini

Comité scientifique du colloque : Jean-Claude Arnould (Université de Rouen-Normandie), Isabelle Rachel Casta (Université d’Artois), Frédéric Chauvaud (Université de Poitiers), Maria Pia De Paulis-Dalembert (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Christine Ferlampin-Acher (Université Rennes 2), Raphaëlle Guidée (Université de Poitiers), Dominique Kalifa (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Véronique Léonard-Roques (Université de Bretagne Occidentale), Marc Lits (Université catholique de Louvain, Belgique), Witold Konstanty Pietrzak (Université de Lodz, Pologne).

Lieu du colloque : Université de Rouen-Normandie, Mont-Saint-Aignan, Maison de l’Université, Salle de conférences

Programme : Lire la suite

Appel à communication : Figures et personnages de criminelles, des histoires tragiques au roman policier

Figures et personnages de criminelles, des histoires tragiques au roman policier

Colloque international organisé par l’Université de Rouen et le CÉRÉdI

avec le soutien de la SIEFAR

7-8-9 juin 2017

Comité d’organisation

Ariane Ferry et Sandra Provini

Comité scientifique

Jean-Claude Arnould (Université de Rouen), Isabelle Rachel Casta (Université d’Artois), Frédéric Chauvaud (Université de Poitiers), Maria Pia De Paulis-Dalembert (Université Sorbonne Nouvelle, Paris III), Christine Ferlampin-Acher (Université de Rennes II), Raphaëlle Guidée (Université de Poitiers), Dominique Kalifa (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Véronique Léonard-Roques (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand), Marc Lits (Université de Louvain), Witold Konstanty Pietrzak (Université de Lodz, Pologne).

Appel à communication

Les recherches sur la violence des femmes, et particulièrement sur la criminalité féminine constituent un champ en plein essor au croisement des études de genre et des études de criminologie[1]. En France, il a été ouvert notamment par des historiens comme, Michelle Perrot, Cécile Dauphin et Arlette Farge, qui ont dirigé un collectif pionnier paru en 1997, De la violence et des femmes, ou encore Frédéric Chauveau, des spécialistes du droit pénal ou de sciences criminelles comme Robert Corio, des sociologues comme Caroline Cardi et Geneviève Pruvost dont l’ouvrage collectif Penser la violence des femmes (2012) embrasse un large champ – du sport, de la police et de l’armée aux représentations littéraires et cinématographiques –, pour dénaturaliser, contextualiser et historiciser la violence des femmes[2]. C’est dans le contexte scientifique de la réévaluation par les sciences humaines de la violence féminine, longtemps minimisée ou euphémisée (tribunaux) et faisant l’objet de discours spécifiques (moraux, religieux, médicaux…) que nous voudrions envisager les représentations de la criminalité féminine dans deux types de récits fictionnels qui ont largement puisé dans le fait divers : l’histoire tragique (XVIe-XVIIe) et le roman policier (XIXe-XXIe), genre qui met en scène de plus en plus de femmes impliquées dans des processus violents non plus comme victimes, mais comme actrices, que cette violence soit le fait de personnages de criminelles ou de personnages de policières et enquêtrices. Lire la suite

Présentation du projet « La force des femmes, hier et aujourd’hui »

Projet de recherche développé par le CÉRÉdI et l’Université de Rouen, avec le soutien de la SIEFAR.

Responsables du projet

Ariane Ferry et Sandra Provini

Comité scientifique du projet

Éric Avocat (Université d’Osaka, Japon), Anna Bellavitis (Université de Rouen), Anne Debrosse (SIEFAR), Diane Desrosiers (Université McGill, Canada), Myriam Dufour-Maître (Université de Rouen), Marie Franco (Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle), Véronique Gély (Université Paris 4 Sorbonne), Nathalie Grande (Université de Nantes, SIEFAR), Claudine Poulouin (Université de Rouen), Jean-Marie Roulin (Université Jean Monnet, Saint-Étienne).

Présentation du projet La force des femmes, hier et aujourd’hui (XIVe-XXIe siècle)

Que nous apprend l’histoire de la littérature et des arts de la force féminine, de sa définition, de ses usages et de ses représentations ? Le mot en soi, dès lors qu’on le rapporte aux femmes, soulève toutes sortes de problèmes qui tiennent d’abord aux multiples sens du mot « force », dès le latin, mais surtout à ses usages à partir du moyen français : fortia – de fortis – désigne un acte de force et de courage, mais « force » en français semble avoir d’abord eu plus de signifiés négatifs (violence, torture, viol, contrainte), que de signifiés positifs (vigueur, fermeté, courage), avant de se charger pleinement des sens de « fortitude », du latin fortitudo, qui désigne notamment dans la pensée chrétienne la vertu cardinale reprise par les Pères de l’Église à la typologie platonicienne des vertus[1], le mot désignant dans cette acception la constance, le courage, et devenant synonyme de magnanimité ou grandeur d’âme. Lire la suite

La force des femmes

Que nous apprend l’histoire de la littérature et des arts de la force féminine, de sa définition, de ses usages et de ses représentations ? Notre projet de recherche, porté par le CÉRÉdI à l’université de Rouen et soutenu par la SIEFAR, propose une enquête collective sur les représentations littéraires, théâtrales et cinématographiques de la force féminine – envisagée à travers ses actualisations violentes et inquiétantes (le meurtre, le combat, la torture, l’action terroriste, etc.) et ses actualisations admirables (le courage, la résistance, la ténacité) – et les présupposés idéologiques qui les ont accompagnées à travers les siècles. Il donnera lieu notamment à quatre colloques, les deux premiers colloques s’interrogeant sur la femme criminelle, appelée parfois déviante, dans des genres qui lui ont fait la part belle (Figures et personnages de criminelles, des histoires tragiques au roman policier, 2017 et Le spectacle du crime féminin sur la scène et dans le cinéma européens, 2018), les deux suivants interrogeant les représentations du courage féminin de manière diachronique, pour voir comment la femme forte a longtemps constitué un modèle et un contre-modèle (Figures de ‘femmes fortes’ (XIVe-XVIIIe siècles) : modèles et contre-modèles, 2019) et, dans un second volet de l’enquête, examiner comment les temps modernes ont soit renouvelé certaines figures (la combattante, la sainte, la femme de pouvoir, etc.), soit inventé d’autres figures (la militante, la journaliste, l’aventurière, la résistante, la mère qui travaille, etc.) de la force féminine (Figures de ‘femmes fortes’ (XIXe-XXIe siècles) : nouvelles représentations du courage féminin, nouveaux enjeux (littérature, théâtre, cinéma, documentaire, 2020).